Menu graphique





Login :
Message :




Un article du figaro


11-09-2009 09:02:41

stazzou

Le plus jeune fils de Charles et Diana va hériter de sa part de la fortune de sa mère.

À partir de la semaine prochaine, le prince Harry va devenir multimillionnaire. Il aura 25 ans mardi prochain, et pourra alors recevoir sa part de l'héritage de sa mère, d'une valeur estimée par le Daily Telegraph à pas moins de 9 millions de livres (10 millions d'euros). Lors de son décès accidentel en 1997, la fortune personnelle de Lady Di était de 21 millions de livres, en partie issue de sa riche famille, les Spencer, mais surtout grâce à l'indemnité touchée lors de son divorce avec Charles en 1996. La somme couramment citée est de 17 millions de livres !

Après le versement de 8 millions en droits de succession, le reste, 13 millions de livres, a été légué aux deux enfants de Charles et Diana, ce qui laissait 6,5 millions à chacun. Douze ans après, des placements judicieux ont permis d'accroître la valeur de l'héritage, et cela malgré la crise financière.

Bien qu'il sera légalement propriétaire de tous les fonds légués par sa mère, Harry ne peut pas encore en disposer comme il l'entend. En attendant d'avoir 30 ans, il devra se contenter d'une rente annuelle de 300 000 livres (340 000 euros). Son grand frère William, le deuxième dans l'ordre de succession pour le trône, a également reçu sa part d'héritage avec les mêmes conditions lors de son 25e anniversaire en 2007.

Cet arrangement particulier était dicté par le testament rédigé par Diana en 1996. L'âge de 25 ans est une condition classique pour éviter de payer une taxe frappant les héritiers devenant propriétaire d'un «trust» entre 18 et 25 ans. En revanche, l'obligation d'attendre 30 ans pour pouvoir avoir la jouissance totale de l'héritage est une mesure de prudence couramment prise au sein de la famille royale britannique pour responsabiliser les héritiers et éviter de les transformer en des play-boys millionnaires capables de flamber toute leur fortune sur un coup de tête.

En attendant son 25e anniversaire, Harry touche son salaire de lieutenant dans l'armée britannique, soit une solde d'environ 34 000 euros par an. Mais, pour William et Harry, c'est surtout leur père Charles qui subvient à leurs besoins.

Riche propriétaire terrien
Il faut dire que l'héritier à la couronne à un train de vie plus que confortable. En tant que prince de Galles et duc de Cornouailles, il est l'un des plus grands propriétaires terriens du royaume. Les terres du duché de Cornouailles dans le sud-ouest de l'Angleterre représentent ainsi pas loin de 55 000 hectares. Charles est loin d'être aussi riche que le duc de Westminster, propriétaire de quartiers entiers dans Londres et troisième plus grosse fortune de Grande-Bretagne, mais rien qu'en 2008, son duché lui a rapporté 16,5 millions de livres.

À part quelques déplacements officiels et des frais de sécurité, les deux jeunes princes ne coûtent finalement pas grand-chose aux contribuables britanniques. Même si les dépenses de la reine et de la famille royale s'approchent de 40 millions de livres par an.

16-11-2009 10:26:13

Article intéressant

Lien très intéressant

23-11-2009 11:55:13

Oncle Picsou

De toute façon, l'argent ne fait pas le bonheur.

27-05-2010 09:18:48

sans commentaire

Jusqu'à présent, ça n'était qu'un délire des créateurs de South Park. Dans une séquence du film issu de la géniale série américaine, Saddam Hussein entretenait une relation homosexuelle avec Satan en personne. Mais il semblerait que cette idée saugrenue ait aussi inspiré la CIA, peu avant l'invasion de l'Irak de 2003.

C'est en tout cas ce que révèle un article du blog Spy Talk de Jeff Stein, hébergé par le Washington Post. Le chroniqueur expose plusieurs des propositions du Iraq Operations Group, une cellule spécifique de l'agence de renseignements. L'un des projets était de tourner une vidéo prétendant que le dictateur avait des relations sexuelles avec un jeune homme et de diffuser la séquence au peuple irakien.

Un ancien employé de la CIA, s'exprimant sous couvert d'anonymat a déclaré qu'«le film aurait eu l'air d'être tourné par une caméra cachée. Comme s'il s'agissait d'une bande vidéo secrète d'une relation sexuelle». Une sex-tape, en somme.

D'autres idées ont été évoquées par la CIA, notamment celle d'interrompre les programmes télévisés irakiens et de programmer un faux bulletin d'information. Un acteur jouant Saddam Hussein aurait alors annoncé qu'il abdiquait en faveur de son fils Uday. Dans la même veine, l'agence a imaginé pénétrer les réseaux télé du pays et insérer des messages mensongers dans les émissions.

La CIA avait également des plans concernant Ousamma Ben Laden. Une vidéo aurait même été tournée, dans laquelle le chef d'al-Qaida, interprété par un sosie, discute de ses conquêtes masculines avec ses acolytes autour d'un feu de camp. Le tout en buvant de l'alcool, bien entendu... Les acteurs auraient été choisis parmi «ceux dont la peau était la plus noire», raconte l'ancien employé de l'agence.

Si les projets se sont arrêtés, c'est, selon un autre employé, parce que personne n'est parvenu à se mettre d'accord dessus. James Pavitt, le directeur des opérations de la CIA, s'y est également fermement opposé. «Ces idées sont venues de gens qui ont fait leur carrière en Amérique Latine ou en Extrême-Orient et qui ne comprennent pas les nuances culturelles de la région», explique un troisième ancien officier de l'agence. «Montrer Saddam s'amusant avec de jeunes garçons n'aurait eu aucun impact au Moyen-Orient. Tout le monde s'en fout.»

La CIA n'a pour l'heure ni confirmé ni infirmé ces alllégations. Pour les anciens membres de l'agence, les renseignements américains ont abandonné ces projets par manque d'argent et d'expertise.